Hygiéne Pandemique 

Lavez-vous les mains régulièrement avec du savon et de l'eau ou un désinfectant à base d'alcool.

#1

Essayez de capturer votre toux ou vos éternuements en portant un masque, ou avec vos mains ou vos tissus.

#2

Lavez-vous à nouveau après avoir toussé, éternué, touché votre nez, votre bouche ou vos yeux, ou après un contact avec une personne ou une surface infectée par COVID-19.

#3

Entraînez-vous à ne pas toucher votre visage.

#4

Limitez les gestes sociaux à contact intimes tels que les poignées de main, les coups de poing, les câlins et les bisous.

#5

Évitez les groupes et gardez une distance de 2 mètres des contacts "hors domicile" ou portez un équipement de protection (un masque, des lunettes, etc.)

#6

Limitez vos contacts avec le public si vous avez été en contact avec des patients COVID-19 ou si vous avez voyagé dans des zones à haut risque.

#7

Appelez vos services de santé locaux si vous avez de la fièvre ou de nouveaux symptômes respiratoires pour voir si vous pouvez ou devez subir un test de dépistage du COVID-19. Demandez-vous si vous devez vous isoler à la maison ou être évalué par un clinicien.

#8

Si vous n'êtes pas à haut risque (jeune, non-fumeur, pas de problèmes médicaux), faites du bénévolat pour aider aux tâches essentielles des personnes à haut risque dans votre communauté.

#9

Restez au courant des directives de la santé publique. Ils peuvent fournir des actions plus spécifiques à mesure que les choses évoluent dans votre région.

#10

Wash your hands regularly with soap and water or an alcohol based sanitizer.

#1

Try to capture your cough or sneeze by wearing a mask, or with your hands or tissue.

#2

Wash again after coughing, sneezing, touching your nose, mouth or eyes, or after contact with a person or COVID-19 infected surface.

#3

Practice not touching your face.

#4

Limit high contact social gestures such as handshaking, high fives, fist bumps, hugs and kisses.

#5

Avoid groups and keep a distance of 2 meters from non household contacts or wear protective equipment (a mask, eyewear, etc.)

#6

Limit your contact with the public if you have been in contact with COVID-19 patients, or if you have travelled to high risk areas

#7

Call your local health services if you have fever or new respiratory symptoms to see if you can or should be tested for COVID-19. Enquire whether you should isolate yourself at home, or be evaluated by a clinician.

#8

If you are not at high risk (young, non smoker, no medical problems), volunteer to help with essential chores for high risk people in your community.

#9

Stay in tune with the directions of local public health leaders. They can provide more specific actions as things evolve in your area.

#10

lectures

news/links

hygiéne

quoi faire

FAQS

blog

MD

Quoi faire ?

Cette section est en développement. Restez à l’écoute.

Choisissez français ou English ci-dessus pour lire sur les pandémies
Choose le language of your choice above to read about pandemics

LE PROFILE DE L’EPIDÈMIE

 

 

Nous vivons à une époque intéressante!
Les pandémies sont l’étoffe des romans de science-fiction et des films à succès; pourtant ils sont bien réels! Les générations qui subissent la pandémie de COVID-19 marqueront la chronologie de leur vie par cet événement mondial, tout comme les générations précédentes ont utilisé des guerres majeures ou des ralentissements économiques comme points de référence temporels – des repères historiques qui ouvrent et définissent les récits de leur vie. Une caractéristique particulièrement intéressante de cet événement est que la gestion des données, les outils de communication et la culture et l’infrastructure de la santé publique sont à tous les niveaux.

Les historiens disséqueront les leçons humaines et sociétales qui émergent depuis des décennies.
De plus, la science a progressé à un rythme effréné depuis l’épidémie du virus du SRAS Corona en 2003.
Par exemple, en 2003, nous venions de terminer le projet du génome humain. Il s’agissait d’une collaboration mondiale impliquant plusieurs universités, gouvernements et entreprises privées. Il a fallu 13 ans pour terminer au coût de 2,7 milliards de dollars américains (en équivalents de l’exercice 1991). Aujourd’hui, nous pouvons séquencer la séquence génique d’un patient en une journée pour environ 1 000 $.
Il est facile d’extrapoler ce que cela signifie pour la recherche scientifique. Quelques mois seulement après le début de cette pandémie, nous commençons déjà à voir la machinerie scientifique se mettre en marche. Les coronavirus sont courants et sont étudiés depuis des décennies. Une recherche PubMed de coronavirus effectuée à la mi-mars 2020 montre que nous produisons des publications scientifiques sur ce sujet à 10 fois le rythme de la décennie précédente – et nous ne faisons que commencer. Il est possible qu’à la fin de l’année, nous en ayons appris plus sur cette espèce particulière de coronavirus que sur tous les virus du 20e siècle réunis. Cela ressemble à une hyperbole et n’est pas vraiment vérifiable, mais le fait est que l’accélération de l’accumulation de connaissances est exponentielle.
Cette nouvelle est particulièrement encourageante car les avantages de la recherche sont chaotiques et imprévisibles. Bien que nous ayons vraisemblablement fait un énorme bond en avant dans la prévention et le traitement de ce virus en quelques années, il est encore plus sûr qu’il y aura des découvertes de grande envergure et imprévues en cours de route. De cette façon, la recherche sur les coronavirus est en fait un «tir de lune» forcé – un objectif audacieux et ambitieux qui motive les équipes, les gouvernements et la population à réaliser ce qui était auparavant jugé impossible. La mission Apollo est un exemple palpable récent: à un coût approximatif de 25 milliards de dollars, elle a capturé l’imagination de l’imagination du public du monde entier alors que l’humanité faisait ses premiers pas sur la planète. Il a également apporté des avantages innombrables et imprévisibles, certains banals tels que les «Tang» et les bâtonnets spatiaux (ceux-ci peuvent en fait être des légendes urbaines), certains de réels avantages pratiques (comme la vulgarisation du Velcro – désolé de décevoir, mais la NASA n’a pas non plus inventé cela). soit), et certains qui ont changé le cours des industries et des technologies entières comme le développement de logiciels et du circuit intégré (le précurseur des puces électroniques). Alors que le coût total du programme Apollo était d’environ 25 milliards de dollars (153 milliards en dollars de 2018 – un montant vraiment astronomique), il est généralement reconnu que le retour sur investissement de ce projet a été très gratifiant en raison des retombées industrielles que la NASA les technologies développées ont donné lieu à. Mis en perspective, il s’agit d’une petite fraction des 2 billions de dollars budgétisés pour le plan de relance financier américain COVID-19.
Mis à part les avantages futurs de la recherche, le besoin urgent de recherches sur la prévention et le traitement du COVID-19 est lié à la nature explosive des épidémies, à l’ampleur de l’épidémie et à sa portée mondiale. Il est indéniable que le nombre total de patients infectés à l’heure actuelle est inférieur à celui du SRAS et du MERS. Il faut aussi reconnaître que c’est beaucoup moins pour l’instant que les taux habituels de grippe. Par exemple, le CDC estime que nous pourrions avoir environ 50 millions de cas de grippe aux États-Unis au cours de la saison 2019-2020. Près de la moitié d’entre eux iront chercher des soins médicaux, environ 1% seront hospitalisés et 1 sur 1000 mourra. C’est quelque chose comme 50 000 morts – pas de petites pommes de terre et plus à ce jour que pour le virus responsable du COVID-19 dans le monde. Le problème avec COVID-19 est que le taux de mortalité est beaucoup plus élevé. Cette situation, combinée au nombre de patients gravement malades, accable de nombreux systèmes de soins de santé, et les coûts financiers, psychologiques et humains de cette situation sont extrêmement élevés.
Les graphiques ci-dessous représentent la progression du COVID-19 à travers le monde depuis le premier cas en Chine le 31 décembre 2019.

 

 

 

Merci d’avoir visité ce site.
Si vous aimez ce que vous lisez ici, revenez régulièrement pour des mises à jour et inscrivez-vous à la newsletter CASH pour des informations de santé gratuites, sans publicité et sans spam.

* Sauf indication contraire, les articles de blog sur ce site sont écrits par moi, le fondateur et médecin en chef de CASH – The Coalition for the Acquisition of Sound Habits (identifié dans la signature comme Northerndoc). Je suis interniste général praticien travaillant comme consultant dans plusieurs disciplines de la GI dans un hôpital de soins secondaires du nord du Québec depuis plus de 25 ans. J’ai également terminé un congé sabbatique à mi-carrière en étudiant les interventions nutritionnelles à l’Université d’Oslo et j’ai par la suite terminé une maîtrise en santé publique. Dans la mesure du possible, je ferai référence à des experts scientifiques et fournirai des références en matière de science, et je reconnaîtrai et explorerai clairement l’incertitude et les conséquences involontaires potentielles de toute intervention en santé publique. Les opinions exprimées sont le résultat de discussions avec des collègues et le conseil d’administration de CASH, mais sont finalement mes spéculations et mon opinion personnelles. c’est-à-dire uniquement à titre d’information et ne doit pas être interprété comme un avis médical direct. Ce qu’il faut faire dans une situation spécifique variera au fil du temps et dépend dans une large mesure des problèmes locaux. Veuillez consulter les fournisseurs de soins de santé locaux de confiance au besoin.

PROFILE OF THE EPIDEMIC

We live in interesting times!
Pandemics are the stuff of science fiction novels and blockbuster films; yet they are very real! The generations that endure the COVID-19 pandemic will mark the chronology of their lives by this global event, much as previous generations used major wars or economic downturns as temporal reference points – historical landmarks that pave and define the narratives of their lives. A particularly interesting feature of this event is that data management, communication tools, and public health culture and infrastructure are at all time highs.

Historians will be dissecting the human and societal lessons that emerge for decades.

Moreover, science has advanced at breakneck rates since the SARS Corona virus epidemic of 2003.
For example in 2003, we had just completed the Human Genome Project. This was a worldwide collaboration involving multiple universities, governments, and private companies. It took 13 years to complete at a cost of 2,7 Billion US dollars (at fiscal year 1991 equivalents). Today we can sequence a patient’s entire gene sequence in about a day for roughly $1,000.

Its easy to extrapolate what this means for scientific research. Just a few months into this pandemic we are already starting to see the scientific machinery cranking into gear. Coronaviruses are a common and have been studied for decades. A PubMed search for coronavirus done mid march 2020 shows that we are producing scientific publications on this topic at 10 times the rate of the previous decade – and we are just getting started. It is possible that by the end of the year we will have learned more about this particular species of coronavirus than we  learned about all viruses in the 20th century combined. That sounds like hyperbole, and is not really verifiable, but the point stands that the acceleration of knowledge accumulation is exponential.

This is particularly encouraging news because benefits of research are chaotic and unpredictable. While we are likely to have taken a huge leap in the prevention and treatment of this virus in a few short years, it is even more sure that there will be far reaching and unpredicted discoveries along the way. In this way, coronavirus research is in effect a forced “moonshot”  – an audicious and aspirational goal that motivates teams, governments, and the population to achieve what was previously felt to be impossible. The Apollo mission is a recent palpable example: at a rough cost of $25 Billion, it captured the imagination of the imagination of the public around the world as mankind took their first steps off the planet. It also brought uncountable and unpredictable benefits some banal such as “Tang” and space food sticks (those may actually be urban legends), some of real practical benefit (like the popularization of Velcro – sorry to disappoint, but NASA also did NOT invent this either), and some that changed the course of industries and whole technologies like the development of software and the integrated circuit (the forunner to microchips). While the total cost of the Apollo program was around 25 Billion dollars (153 Billion in 2018 dollars – a truly astronomical amount), it is generally recognized that the return on investment from this project has been highly rewarding because of the spin off industries that NASA developed technoligies gave rise to. Put into perspective, this is a small fraction of the $2 TRILLION budgeted for the US COVID-19 financial stimulus package.

Future benefits of research aside, the pressing need for research into the prevention and treatment of COVID-19 relate to its explosive nature of outbreaks, the magnitude of the epidemic,  and its global reach. There is no denying that the total numbers of infected patients at this time dwarf that of SARS and MERS. We must also acknowledge that this is a lot less for now than the usual rates for influenza. For example the CDC estimates that we could have about 50 Million cases of flu in the US in the 2019 – 2020 season. About half of them will seek medical care, about 1% will be hospitalized and 1 in 1000 will die. Thats something like 50, 000 deaths – no small potatoes and more to date than we have for the virus causing COVID-19 across the world. The problem with COVID-19 is that the mortality rate is much higher. This combined with the numbers of acutely ill patients is overwhelming many health care systems, and the financial, psychological and human costs of this are heartbreakingly high.

The graphics below represent the progression of the COVID-19 across the world since the first case in China on December 31, 2019.
These are simple graphs, drawn directly fron WHO data, on a linear scale with updates once weekly. This is the right scale and time to help us understand and react to this pandemic as any collective action to flatten the curve of the infection will take minimally a week or two to have any effect. Focussing on hourly or daily progress is great for news cycles. For the population, the proper focus is on what we can to today in terms of good “Pandemic Hygeine” to slow the rate of infection and keep all of us safer.

If may not feel like your efforts at prevent the spread are too small to measure but that is patently false for several reasons:

  1. A asymptomatic infected person (and many people – especially young people are asymptomatic), who is socially active can spread the infection to dozens in a single day. And these infected people will likely be spreading the virus before they have any symptoms, and
  2. Taking yourself out of the chain of transmission puts a drop of water on the firestorm that is brewing. That seems pointless, but remember that there are millions of us. Together, our millions of drops can snuff out this infection – we know this by looking at the data in countries like China, South Korea, and Japan where governments and the population demonstrated incredible focus, discipline, and collaboration towards the prevention of viral spread.

Most countries are at the beginning of their upswing in infections and the numbers are worrisome.
Nobody expects them to flatline over a week, but there is great hope that our collective actions can help bend the curve and take pressure of the health care system. While we all get to the task of slowing down this infection and caring for each other, we invite all readers to follow our graphs as we collectively break the momentum of the virus and bend the line downward. Graphs are updated once weekly each Monday (after the release of Sundays data).

Thanks to all of you for your interest, your attention, and your thoughtful contributions to the cause.

BE PRUDENT-STAY INFORMED-PRACTICE PANDEMIQUE HYGEINE-TAKE CARE OF EACH OTHER

Thank you for visiting this site. If you like what you read here, come back regularly for updates and sign up for the CASH newsletter for advertising free, and spam free Health information.

* Unless otherwise specified, blogposts on this site are written by me, the founder and physician in chief of CASH – The Coalition for the Acquisition of Sound Habits (identified in the byline as Northerndoc). I am a practicing General Internist working as a consultant across multiple IM disciplines in a secondary care hospital of northern Québec for more than 25 years. I also completed a mid career sabbatical studying nutrition interventions at the Unversity of Oslo and subsequently completed a masters in public health. As much as possible, I will refer to scientific experts and provide references in matters of science, and will clearly acknowledge and explore  the uncertainty and potential unintended consequences involved with any public health intervention. The opinions expressed are a result of discussions with colleagues and the board of CASH, but ultimately are my personal speculation and opinion. ie for information purposes only and not to be construed as direct medical advice. What to do  in any specific situation will vary over time and depends to a great extent on local issues. Please consult trusted local health care providers as needed.

faqs

Cliquez sur les questions (en vert) qui vous intéressentes ) Click on the questions (in green) that interest you.

Lisez les responses en français

Read the answers in English

Est-t'Il comme la grippe? - Isn't this just like the flu?

Les virus Corona sont des causes courantes et bien connues du rhume. La plupart des gens seront infectés une ou plusieurs fois dans leur vie par l’une des quatre souches courantes du virus Corona. Parce qu’ils existent depuis longtemps dans nos communautés, il y a beaucoup de résistance à ces virus. La plupart des gens souffrent de maladies relativement bénignes et nous avons tendance à ne pas voir une propagation explosive de ces infections dans des populations en bonne santé.

Les virus Corona qui peuvent infecter l’homme existent également chez l’animal. Ce n’est pas inhabituel dans le royaume viral. Parfois, ils peuvent muter et la nouvelle souche peut rapidement se propager dans les populations humaines. Cela s’est produit trois fois dans la mémoire récente avec le SRAS, le MERS et maintenant le COVID-19. Donc, bien qu’il s’agisse d’une nouvelle souche de virus, notre expérience avec les deux mutations précédentes peut nous aider à mettre COVID-19 en perspective (voir le graphique dans la section bleue du site: Risque en perspective)

Ces trois virus Corona mutants présentaient la pneumonie comme caractéristique prédominante et une insuffisance respiratoire était la cause du décès chez bon nombre d’entre eux. En ce sens, cela ressemble à une infection grippale (la grippe) qui peut provoquer une pneumonie et qui tue chaque année des centaines de milliers de personnes.

Ceci est différent de la grippe de plusieurs manières importantes:

  • Les épidémies de virus Corona mutant ne sont pas courantes et les rares que nous avons eu des taux de mortalité élevés (beaucoup plus élevés que la grippe). Heureusement, COVID-19 semble avoir un taux de mortalité beaucoup plus faible que le SRAS et le MERS. Malheureusement, COVID-19 semble être plus contagieux que le SRAS et le MERS d’après les chiffres à ce jour dans plusieurs populations.
  • Comme il s’agit d’une nouvelle mutation, il se peut qu’il n’y ait pas beaucoup de protection contre les précédentes infections par le virus Corona. C’est comme une étincelle dans une forêt sèche. Le SRAS-COV-2 introduit dans une population naïve pourrait se propager comme une traînée de poudre, accablant la capacité de soins de santé et laissant des milliers de personnes mourir sans même avoir accès à un hôpital ou à un soignant.
  • Enfin, il n’y a pas de vaccin et aucun traitement connu pour COVID-19.

À ce stade, les deux seules options sont de tenter de contenir le virus à l’aide de mesures sociales, ou de le laisser suivre son cours et d’accepter les personnes qui meurent sans avoir accès à des traitements de soutien potentiellement vitaux.

 

 

Corona viruses are common and well known causes of the common cold. Most people will be infected one or more times in their lives by any of the four common strains of corona virus. Because they have been around for a long time in our communities, there is a lot of resistance to these viruses. Most people get relatively mild illnesses, and we tend not to see an explosive spread of these infections in healthy populations.

The corona viruses that can infect humans, also exist in animals. This is not unusual in the viral kingdom. Sometimes they can mutate, and the new strain can rapidly spread throughout human populations. This has happened three times in recent memory with SARS, MERS, and now COVID-19. So although this is a new strain of virus, our experience with the previous two mutations may help us put COVID-19 into perspective (see the graphic in the blue section of the site: Risque en perspective)

All three of these mutant Corona viruses had pneumonia as a prominent feature and respiratory failure was the reason for death in many of them. In this sense, this is similar to Influenza infection (the flu) which can cause pneumonia and kills hundreds of thousands of people yearly.

This is different from the flu in several important ways:

  • Mutant Corona virus epidemics are not common and the few that we have had high mortality rates (much much higher than the flu). Happily, COVID-19 seems to have a much lower mortality rate than SARS and MERS. Unfortunately, COVID-19 seems to be more contagious than SARS and MERS based on the numbers to date in multiple populations.
  • Because this is a new mutation, there may not be much protection from previous Corona virus infections. This is like a spark in a dry forest. SARS-COV-2 introduced into a naive population could spread like wildfire, overwhelming the heatlh care capacity, and leaving throuands to die without even having access to a hospital or a care giver.
  • Finally, there is no vaccine and no known treatment for COVID-19. 

At this point the only two options are to attempt to contain the virus using social measures, or let it run its course and accept  people dying without access to potentially life saving supportive treatments.

lectures

news/links

hygiéne

quoi faire

FAQS

blog

MD

blog

Les JEUX DU JEUDI commence.

Les JEUX DU JEUDI commence.

La pandémie COVID a changé nos vies à bien des égards! Pour beaucoup, la vie est devenue plus difficile, mais plus que jamais, il est important de maintenir des habitudes saines. C’est-à-dire bien manger, être physiquement actif, bien dormir, gérer le stress, maintenir un poids corporel sain et entretenir des relations positives. Être actif en […]

Un jour à la fois

Un jour à la fois

MERCI TOM ROBERTS POUR CES SAGES CONSEILS Tomfoolery – The Strangest of Times from Tom Roberts on Vimeo.

…. et après ..

…. et après ..

Merci à Tom Roberts pour sa vision à 20:20 Tomfoolery – The Great Realisation from Tom Roberts on Vimeo.

lectures

news/links

hygiéne

quoi faire

FAQS

blog

MD