Découvrez une solution fabriqué au Québec pour COVID-19

Learn about a made in Québec solution to COVID-19

 

Informez-vous ••••• Learn more

1-877/536-6837

Nous félicitons Équipe Québec pour une première manche courageuse et réussie dans cette bataille avec COVID-19. Le gouvernement du Québec, le ministère de la Santé, l’équipe de santé publique, les travailleurs de la santé et surtout le public ont serré les dents et respecté la distance sociale pour empêcher cette épidémie de déborder. La lutte n’est pas gagnée, mais il y a de l’espoir que nous serons en mesure d’éviter la catastrophe de systèmes de soins de santé débordés comme nous l’avons vu dans d’autres pays.

Les nouvelles sortent de la presse à des rythmes difficiles à suivre. À ce stade, trois développements clés méritent d’être partagés:

BONNES NOUVELLES: Les projections de la semaine dernière sont très encourageantes. Nous sommes sur le point de battre même le meilleur de nos attentes en ce qui concerne les admissions aux soins intensifs. Notre gouvernement, notre équipe de santé et le public ont tous appliqué les leçons que le monde a apprises au cours des 3 derniers mois. La distanciation sociale au QC a été fantastique – Bravo à vous tous! En regardant le graphique ci-dessous, nous semblons nous éloigner de la ligne pointillée (qui représente un système de santé débordé)

QUELQUES NOUVELLES SOMBRENT: Just out of Iceland – publié dans le New England Journal of Medicine (2020.04.14). Des échantillons basés sur la population indiquent que moins d’un pour cent de la population islandaise a effectivement été exposé au virus. L’Islande, comme le Québec (et en fait tout le Canada) avait une stratégie de santé publique précoce et agressive pour atténuer la propagation du COVID-19. Nous aurons probablement des échantillons similaires au Canada d’ici un mois, mais il est probable que notre taux d’infection au Canada soit également assez faible. C’est une bonne nouvelle, car elle nous a donné le temps d’en apprendre davantage sur la maladie et d’éviter d’être submergé à court terme. Mais c’est une mauvaise nouvelle parce que lorsque nous reculerons finalement sur la distanciation sociale, le virus réapparaîtra dans la population à moins qu’un pourcentage significatif de la population (peut-être 50% ou plus) ne soit immunisé soit par la maladie, soit par la vaccination. Cela dit, un vaccin ne se fabrique pas tout seul, et il faudra très probablement plusieurs mois, voire des années, pour développer et tester un vaccin qui pourrait être utilisé dans la population.

UN PLAN: Il existe une autre option pour sortir de la crise et retrouver une vie normale. Si nous pouvons développer des traitements efficaces pour COVID-19, alors nous pouvons permettre au virus de suivre son cours et de traiter de manière active les personnes à risque ou celles qui développent des complications. Il convient de répéter qu’en dehors des soins de soutien (essentiellement de l’oxygène et de la ventilation et des pansements pour les complications de COVID-19), nous n’avons aucun traitement actif pour ce virus. Beaucoup a été dit dans les médias au sujet des traitements potentiels, et certains d’entre eux ont été promus par certains dirigeants avec l’avertissement alarmant: (je résume ici): “cela peut fonctionner … cela peut ne pas fonctionner, mais que devez-vous perdre?”. En tant que clinicien et étudiant en santé publique, je peux vous assurer que vous avez beaucoup à perdre!

Tous les traitements actifs ont des effets secondaires, y compris la mort. Plus important encore, ce n’est pas du tout ainsi que les médecins travaillent en 2020. Nous donnons des traitements parce que nous avons des preuves de leurs avantages. En cas d’incertitude concernant le traitement de maladies importantes, nous utilisons des méthodes scientifiques pour déterminer ce qui fonctionne. Les médecins et les infirmières veulent soigner le patient devant eux, mais aussi les milliers de patients à venir. Nous devons apprendre avec l’évolution de l’épidémie, et nous ne devons pas oublier la vérité fondamentale des soins indisciplinés dans une pandémie: les actions héroïques et non prouvés détourne des ressources et coûte des vies.

Au cours de ce siècle, nous répondons à des questions à l’aide de recherches qui prennent normalement des mois à des années à mettre en place, mais nous avons la chance au Canada d’avoir une communauté de recherche médicale prospère et des chercheurs de l’Institut de Cardiologie de Montréal dont l’intérêt et les recherches récentes sont particulièrement pertinentes pour COVID-19 . Dans un laps de temps incroyablement court, ils ont développé une étude qui est particulièrement intéressante car elle est disponible pour tous les Canadiens qui répondent aux critères d’entrée sans avoir à quitter leur domicile.

En savoir plus sur l’étude ci-dessous, cliquez sur les images ci-dessus pour en savoir plus, et si vous ou un proche avez un diagnostic récent de COVID-19, parlez à votre équipe de soins de santé de cette étude.

We congratulate Team Québec for a valiant and successful first inning in this battle with COVID-19. The government of QC, the health ministry, the public health team, health care workers and above all the public has gritted their teeth and complied with social distancing to help keep this epidemic from boiling over. The fight is not won, but there is hope that we will be able to avoid the disaster of overwhelmed health care systems like we have seen in other countries.

The news is rolling off the press at rates that are hard to keep up with. Three key developments merit sharing at this point:

GOOD NEWS: The projections from last week are very encouraging. We are on target to beat even the best of our expectations with respect to ICU admissions. Our government, our health team, and the public have all applied the lessons that the world has learned in the past 3 months. Social distancing in QC has been fantastic – Bravo to all of you! Looking at the chart below, we seem to be steering clear of the dotted line (which represents an overwhelmed health care system).

SOME SOBER NEWS: Just out from Iceland – published in the New England Journal of Medicine (2020.04.14). Population based samples indicate that less than one percent of the Icelandic population has actually been exposed to the virus. Iceland, like Québec (and in fact all of Canada) had an early and aggressive public health strategy to mitigate the spread of COVID-19. We will likely have similar samples in Canada within a month, but it is likely that our infection rate in Canada is also quite low. That’s good news because it has given us time to learn about the disease, and to avoid being overwhelmed in the short term. But it’s bad news because when we eventually pull back on social distancing, the virus will resurge in the population unless a significant percent of the population (maybe 50% or more) is immune either by having had the disease, or by being vaccinated. That said, a vaccine may or may not be possible, and it will most likely take a many months if not years to develop and test a vaccine that could be used at large.

A PLAN: There is another option to get us through the crisis and back to normal life. If we can develop successful treatments for COVID-19, then we can allow the virus to run its course and aggressively treat those at risk or those that develop complications. It merits repeating that other than supportive care (basically oxygen and ventilation, and band aids for the complications of COVID-19) we have no active treatment for this virus. Lots has been said in the media about potential treatments, and some of these have been promoted by certain leaders with the alarming disclaimer: (I paraphrase here): “it may work …  it may not work, but what do you have to lose?”. As a clinician and a student of public health I can assure you, you have a lot to loose!
All active treatments have side effects including death. More importantly, this is not at all the way physicians work in this century. We give treatments because we have evidence of their benefit. When there is uncertainty about treatments of important diseases we use scientific methods to figure out what works. Doctors and nurses want to treat the patient in front of them, but also the thousands of patients to come. We have to learn as we work our way through the epidemic, and we must not forget the fundamental truth of undisciplined care in a pandemic: Unproven heroic action diverts resources and costs lives.

In this century we answer questions using research which normally takes months to years to set up, but we are fortunate in Canada to have a thriving medical research community and researchers at the Montreal Heart Institute whose interest and recent research is particularly relevant to COVID-19. This study is particularly interesting because it is available to all Canadians who meet the entry criteria without having to leave their home.

Read more about the study below, click the images above to hear more, and if you or a loved one has a recent diagnosis of COVID-19 talk to your health care team about this study.

  À propos de l’etude COLCORONA

Un nouveau coronavirus est responsable de la maladie à coronavirus (COVID-19). Alors que la majorité des cas sont bénins, un certain nombre de personnes évoluent vers une maladie sévère avec complications.

Les adultes qui souffrent de complications majeures de COVID-19 semblent présenter une tempête inflammatoire majeure (réaction excessive du système immunitaire). Par conséquent, nous émettons l’hypothèse que le ciblage de la réponse inflammatoire (provenant de l’inflammasome) peut réduire les complications liées au COVID-19 chez les adultes à risque ou présentant des signes de tempête inflammatoire.

L’objectif principal de l’étude COLCORONA est de déterminer si un traitement à court terme avec un médicament particulier réduit le taux de décès et de complications pulmonaires liées à COVID-19. COLCORONA sera une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée contre placebo. Suite à la signature du formulaire de consentement éclairé, 6000 sujets répondant à toutes les conditions d’inclusion et aucun critère d’exclusion seront inscrits.

A new coronavirus is responsible for causing coronavirus disease (COVID-19). While the majority of cases are mild, a certain number of people progress to severe disease with complications.

Adults who suffer major COVID-19 complications appear to present a major inflammatory storm (overreaction of immune system). Therefore, we hypothesize that targeting the inflammatory response (originating from the inflammasome) may reduce COVID-19-related complications in adults at risk or with evidence of an inflammatory storm.

The primary objective of the COLCORONA study is to determine whether short-term treatment with a particular medication reduces the rate of death and lung complications related to COVID-19. COLCORONA will be a randomized, double-blind, placebo-controlled study. Following signature of the informed consent form, 6000 subjects meeting all inclusion and no exclusion criteria will be enrolled.

êtes-vous éligible pour

  L’étude COLCORONA

See if you are a candidate for this study

 

Êtes-vous éligible?

Si vous êtes:

  • Plus de 40 ans
  • Diagnostic de COVID-19 au cours des dernières 48 heures – Test de labo, ou diagnostique clinique (contexte de contacte avec COVID-19 patient ou contexte épidemiologique).
  • .. et  un ou plusieurs des éléments suivants:
    • 70 ans ou plus
    • diabète
    • hypertension non contrôlée (pression artérielle systolique ≥150 mm Hg)
    • maladie respiratoire connue (y compris asthme ou maladie pulmonaire obstructive chronique)
    • insuffisance cardiaque connue
    • maladie coronarienne connue
    • fièvre ≥38,4 ° C au cours des 48 dernières heures
    • dyspnée au moment de la présentation

Ensuite, vous pourriez être admissible à cette étude.

Are you eligible?

If you are:

  • Over 40 years old
  • Diagnosed with COVID-19 in the last 48 hours – defined as a positive lab test, or COVID-19 diagnosed by an MD (ie based on symptoms, contact, SARS-CoV-2 prevalance).
  • .. and have one or more of the following:
    • 70 years or more of age
    • diabetes
    • uncontrolled hypertension (systolic blood pressure ≥150 mm Hg)
    • known respiratory disease (including asthma or chronic obstructive pulmonary disease)
    • known heart failure
    • known coronary disease
    • fever of ≥38.4°C within the last 48 hours
    • dyspnea at the time of presentation

Then you may be eligible for this study.

Découvrez une solution fabriqué au Québec pour COVID-19

Learn about a made in Québec solution to COVID-19

 

Informez-vous ••••• Learn more

click 1-877/536-6837 phone 

En savoir plus sur COVID-19

Page publique           Page MD

Read more about COVID-19

CASH est un organisme canadien à but non-lucratif ayant comme objectif de faire la promotion de la santé. Basé à Amos, Québec, nous sommes actif au Québec depuis 1999.

Nous croyons que la santé, dans toutes ses dimensions, est notre plus chère ressource, et que sa promotion est une oeuvre collective, noble, enrichissante et payante.
%d blogueurs aiment cette page :